Dans mon monde minéral Parisien, j'ai pris l'habitude de m'entourer de plantes, végétaux

séchés, pierres, coquillages, sables,... terres. ces petites choses récoltées dans leur milieu

sont déposées là, dans un coin de ma tête. elles entretiennent un rapport fantasmé que j'ai

 

avec la nature et le paysage.

   En partant de ces images, je crée des objets aux formes géométriques que j'humanise, ou

 

je géométrise des formes narratives. des codes culturels servent à les nommer: montagne,

 

nuage, eau,... nu. Ces pièces se couvrent de stries, de points et d'émaux, amenés par des

 

couches successives, fixées par plusieurs cuissons. elles sont comparables à des strates. ces

 

superpositions illustrent ma vision du monde.